PORTUS CARCASSO?

- Pourquoi pas!,...Entre Aude et Fresquel,et entre des Grecs,ou ,et des Phéniciens,ou des gens de Pech Maho,ou des vauriens-pillards,ou des gentils? (pas trés sûr),des Celtes, des Gaulois, des plus anciens,Eulyciques ou autres, des Carthaginois - qui venaient commercer chez les Ibères-barbares- et des romains,bien sûr,"puisqu'ils passent partout..."("quand on ferme la porte,ils passent par la fenêtre!"); ils sont tous venus tant par curiosité que par convoitise, ou commerce, ou tout ensemble; ce, pour vendre des "trucs", et en acheter d' autres, ou "les voler à moitié!"...

.Produits ? :- du bois, de chauffe, d'oeuvre, de construction navale,- du marbre,-des pierres solides, - du blé, -- des minerais, -des métaux : cuivre, d' abord,plomb,puis du fer, gueuses de fonte, ou lingots de fer, et de l' or ;or de l' Orbiel,de l'Orbieu, de l' Ariège, des Hautes Corbières, de la Montagne Noire....(lingots de fer dont ceux découverts à l'entrée du cours du Rhône, en épave, et provenant des Martys).

 - Pour les Ibéres, leur fer leur or, voir "vie et mort de Carthage" par Warrington. Au temps de Carthage, et des Phéniciens, les Ibéres sont...en Ibérie,ce qui est normal,mais aussi "un petit peu" en territoire septimanien actuel,soit en Languedoc-Roussillon, et aussi en y adjoignant l'Ariège,la Montagne Noire. C'est à dire toutes les zones " montueuses"(vocable de Jules Vernes,dans "la géographie de la France") qui encerclent la grande plaine alluviale qui borde le golfe du Lion...

Quant au blé,ou bien il transitait à dos de mulets,-mais çà ne porte que 50 à 100 kg grand maximum et pour porter une tonne celà necessite 15 à 20 mulets, " et les problèmes qui vont avec"...,ou bien il transitait par barges, de une à deux tonnes de charge,sur le Fresquel et sur l'Aude; le point d' arrivée et de déchargement était Narbonne d'où il repartait vers Portus-Ostia,en barques rondes et ventrues.(voir comptoir sur la place des Corporations d'Ostia).

 Ces produits,lourds, transitaient par les cours d'eau,Fresquel, Aude,cours d' eau à régime torrentiel, violents, mais ponctuellement seulement, et ayant un certain tirant d' eau pour une certaine navigation; le cours de l' Aude est coupé de petits bancs rocheux, entrainant des rapides, mais de faibles amplitudes; ces rapides étaient aménagés, dans le passé, par des passe-lis, des paisseries(en français,langue d'Oïl) et des païchaires,en occitan, langue d' Oc(et non pas "patois!").

Le Païchérou, est une survivance de ces passages sur rapides; mais le cours de l'Aude est barré plus tard pour alimenter en eau par barrage la Ville Basse , alimentée avant par un autre petit barrage, puis un béal puis un aqueduc dont on voit des tronçons en allant vers Limoux,vers pont du Garigliano ;une fontaine majestueuse se dresse encore Rue de Verdun vers "le vieux bahut",ancien Lycée ( "un vrai Lycée";pas comme les coquilles vides actuelles,sans âme)(avis trés perso,sujet à caution).

Les paichéres servaient à faire passer, ou à laisser passer- avec plus ou moins de succés- et, en " eaux moyennes" des trains de bois, divers, ou des barges à fond plat, du genre de celle de Samarobiva-Amiens,ou de  la belle (coûteuse) barge immense d' ARLES,remontée du fond du Rhône,30 mètres de long.( bois:site Quillan.fr,"le flottage du bois sur l' Aude" de Jean Fourie).(ou sur la Dronne, en Charentes;et ailleurs)

Ce site "Quillan,flottage du bois"  met en avant le commerce des bois divers,et le flottage,bois venant des foréts de Donnazan,Picaussel,Sainte Colombe,Rébenty,la Boulzane;on y trouve des sapins, dont Douglas,trés droits,solides, flexibles,donc propres à construite des mâtures,vergues, et coques-bordées de navires, en plus de poutres de maisons,remises ou de ponts.Et pour construire les Insulae-HLM-immeubles d' Ostia et de Rome...

Ce flottage,courant aux XVII,XVIII,et XIX eme siècles,pouvait fort bien exister depuis l' Antiquité,les Grecs ayant besoin de bois, les Carthaginois, aussi, et les Romains également...Toute l' Antiquité pouvait fort bien venir"faire son marché" dans l'Aude pour les bois de la Haute Vallée..-(Douglas tout pour construire des quilles ;  Bien qu'en cyprés,souvent! mais c' est cher,lourd, et dur à oeuvrer)..

 Photos: Cours du feu Fresquel avant la construction du canal des Deux-Mers: le canal passe dessus;et le pont en belle arche, avec des ponceaux est haut par rapport au lit ancien du Fresquel car ce cours d'eau peut-être torrentiel ; parceque le Fresquel, quand il y a beaucoup d' eau ," il y a vraiment beaucoup d' eau!",cf la jauge-pige placardée sur un déversoir  du canal située aprés la campagne Saint Pierre du Trapel entre le pont de la Mijane et l' écluse, et concernant une crue; immensité de la vague d'eau: il devait y avoir sur le canal un mètre et demi d'eau,les plaines étant bien entendues noyées!... Sur ce  vieux pont du Fresquel passait un diverticule qui allait du niveau-carrefour de Bezons-direct la Cité,et passant tout droit vers la Chaussée Saint Jean ( " futur octroi, " avec sa borne!) et au port supposé " là où se trouvent les sablières de Valmy" ( et trés probable);port qui a dû fonctionner jusqu' au bout   du Moyen Age, et  même au delà ,et supprimé par nécessité économique à la création du canal; il n'avait plus lieu d' être .On voit bien le chemin,privé actuellement,qui file en direction de la Cité,passant à une campagne,postérieure à la construction du canal;ce chemin ressort à l' écluse haute de la Route Minervoise-Pont Rouge.

Certaines personnes viennent récemment -automne 2017- d' apposer des petits panneaux, " chemin romieu"; cà n' est pas exactement celui là,le Chemin Romieu, mais "il est néammoins romieu",car romain ( en fait ,Il s'agit de chemins celtes, et aussi d'avant les Celtes, et avant-avant-avant....Il doit y avoir des gens sur terre depuis...plus d' un million d' années... ("Adam et Eve n'étant là,pour des Américains,que depuis dix mille ans!";il faut laisser les gens croire ce qu'ils ont envie de croire,ou ce qu'il peuvent croire;ne déranger personne)  L"apposition de ces petits panneaux est une trés bonne initiative car elle met "en relation" les personnes actuelles avec leur histoire ( pour ceux que çà interesse; mais le fait d' attirer l'attention sur un sujet, en l'occurence, " chemin romieu", peut faire s'interesser les gens à ce sujet) "Well"."Ha".                                                                                                 

 

Wp 003039.                                                                                                Wp 003038 Au bout du chemin du pont du Fresquel:-la Cité; ou du moins, l'oppidum, ou celui d' Auriac;ou celui de Montlegun;ou les deux,et,ou les trois!  et la Viaie Aquitania ; (sur la gauche,mon nouveau vélo aprés qu'un salopard m'ait volé le mien ,chez moi,dans mon couloir, et dans mon dos! Au moins,au temps des oppidums,celui qui volait un vélo était tout de suite pendu!ces temps sont finis,hélas).    Jauge-témoin crue du 23 Mai 1910; et on n'en était pas au " changement climatique!"; et pour faire des plaines alluviales comme celle de l'Aude, ou du du Pô,ou pour manger le calcaire de l 'Ardéche,il en a fallu des seaux et des seaux d' eau de pluie,sur des années, des siècles et des millénaires!...Attendons qu'un volcan pète,comme le Krakatoa, celui de Santorin /Mont Théra(-1600 env), et celui de 1815 ( ou 14.,Tamburo..). A St JEAN ,il devait y avoir de l'eau jusqu'au  plafond du 1er étage!Wp 2700

Sur Google Maps,le plus "grand frére" de la Terre(!) on peut voir, et suivre la voie : carrefour de Bezons,puis le pont sur le Fresquel-le vrai,le naturel-,chemin Saint Pierre,le Fresquel" nouveau" (comme le vin) la campagne, l'écluse,et le rond-point,la zone artisanale,ex Tamie-tapis Simca(" çà remonte à la guerre d' Algérie!),la chaussée ST Jean,avec la borne d' octroi(sur la route),les jardins, et la plaine de la Fajeolle-avec une ombre,trace de voie?,puis les quartiers, et enfin on arrive à la Cité ( de Carcassonne !).Le port était en aval,au pied de Montredon, proche du gué gaulois,vers les sablières..

Wp 002705

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×