VIEUX CHEMINS;

- Vieux chemins ! trés vieux chemins!...

 Bien avant les Romains....

Abandonnés depuis longtemps , au profit de la route " républicaine" , construite par , ou sous la III eme république - ou sous Napoléon III ! et certainement quand les sous ont commencé à ré-affluer en France, c' est à dire à partir de  Louis-Philippe...1830-1848.

Il a fallu construire des routes pour désenclaver tous les petits coins de France, " révolution industrielle" oblige, et ainsi  pratiquer " la chasse au client potentiel" c.à.d , rentrer dans le début de la socièté de consommation ....et la chasse aux électeurs, suffrage universel , ou même , censitaire obligent .  Donc , on a fait des routes plus larges, et à faible pente "pour que les chevaux ne dérapent pas" . Et c ' est ainsi qu ' on a fait toutes les petites départementales et les V.C , les I.C, etc ( vers 1880 , paralléllement - Arthur COMTE dixit- : " on construisait par an jusqu ' à 800 km de voies ferrées en France " - en comptant les chemins de fer départementaux )

 Donc , tous les petits chemins, piètonniers , et muletiers, ou " bourricotiers" , tracés là depuis....peut-être 20.000 ans.ou sentiers de 100.000 ans...,?, tous tout droits, sauf quand çà monte trop , tous en ligne de crête ( " facile : derrière : "on en vient" , à droite , " çà descend" , à gauche " çà descend" , et tout droit , " c' est devant!" ; aucune erreur possible; et puis , " on a les pieds au sec") , ou les trés vieux sentiers-pistes le long des cours d' eaux, tout çà a disparu ; ils ont tous disparus , abandonnés, absorbés ; ils sont encore sur les plans cadastraux : " plans dressés en 1826 " , sous Charles X....( c' est vieux ! c' était le roi portant beau, avec un air anglais, et des favoris blancs, des cheveux " comme Eddy Mitchell", et qui semblait drapé " dans un édredon ...") ( quelle irrévérence !)

 Genre de " carrétous" de chemins ; c ' est une charrette exposée à Cabrespine.....Cabrespine , "mines de fer gauloises" , comme indiqué sur la carte IGN au 1/100.000, ou celle au 1/25.000 ( " édition de 1990 , et qui ne reprend pas la route " qui grimpe" aux batiments du gouffre de Cabrespine, comme s' il n' y avait rien !.....; et qui met voie le chemin " capo mounts" de Villeneuve Minervois ; aïe ! ) Mais cette voie ," spéciale carrétou" , était le vrai chemin entre Cabrespine et Villeneuve, abandonné depuis la création de la route " républicaine". C' est dessus que sont installées les antennes et la ligne EDF locale.

 Wp 2473

  

 

  Deux chemins , où ce qu ' il en subsiste :

-  le vieux chemin de Lairière à Salagriffe ( qui fut campagne opulente ou hameau riche et grand, quasi " cortis"...) , dans ses yeuses  ;   il a été emprunté par le Maquis....il est rejoint à Salagriffe par le chemin de Lagrasse ( qui vient de Narbonne par le plateau de Lacamp et le col de la Loubière), puis il continue sur Bouisse et Monjoi ( Montjoi : " rien à bouffer" dans le coin , quatre terrains agricoles en pente raide ! de quoi vivaient-ils ? / mais du FER ! / Ils étaient tous mineurs , " de père en fils" , et ils faisaient du fer , ! ou carriers de marbre ( " où est leur bas-fourneau ?")) ( donc " un peu riches", comme ceux du Terménés , de Padern , Montgaillard , etc , les métaux étant trés chers) . Le chemin va à Limoux ( " c' est tout droit !") : un autre allait aussi à Limoux , par Buc : la route est montée dessus.

-  le vieux chemin du Lauquet , mangé par les champs , les ronces , les yeuses, la route, les inondations, et tout ce qu ' on veut ; il en subsiste une cinquantaine de mètres ,  dressé  sur muret ( costaud), un mètre- un mètre et demi de large ; une grosse borne, un mètre et demi de haut , balise le précipice ver le Lauquet  afin de ne ne pas "atauler din lou rec",....Se trouve sous - en contrebas-  de la D 40 , vers PR 35 , prôche d' un grand ponceau , et à l ' aplomb d' une ligne EDF H.T ( pardon ERdF ! pardon , scusa !).....A préserver.....Il y en  a d' autres , plein la nature , car les gens allaient un peu partout ; pas trés loin, mais remuaient beaucoup..." se visitaient ": " tiens , on a de la visite , ce jour !", et les gens arrivaient avec la lanterne à bougie , le fusil ," au cas-où", les "riches" , avec le révolver Lefaucheux, à brôche , ou un 1822 , ou un Charleville à chien et silex dans la poche ( fin XIXeme) ,et le baluchon".; avant ils avaient l ' épieu, ou le bâton ferré ; (et les Basques ou Béarnais , la makila... ). Dans le même ordre d' idée , fin XIX eme et début XX eme siècle, propos receuillis le 23 Aout 2015 , au col de Sarenne - " c' est pas dans les Corbières"-  mais dans les Alpes , entre l' Alpe d' Huez et la route qui mène à Briançon par la Grave...( " et chose bizarre , fin décembre 2015 , à la Météo-Imformations de 20 hes , que voit-on ? cité à titre de référence quant au peu de neige dans les Alpes ? : le col de Sarenne ! ...) ?..- : " les gens partaient par le chemin, depuis l' infernet , ou de Besse ou Mizoen et allaient à Saint Jean de Maurienne, à la foire, à pied , avec des bêtes ; ils partaient pour trois ou six jours, couchaient dans les cabanes d' alpage , passaient par le col des Prés Nouveaux puis Saint Jean d' Arves, puis , en ville, logeaint chez l ' un ou chez l ' autre, ou dans de trés petits hôtels pas chers ; et puis s' en retournaient ; c ' étaient leurs vacances d ' été ".( " sacrée tirée , sacrée rando : 30 "bornes "aller et 30 km au retour, et çà monte, et çà descend, et si on a festoyé , c ' est dur; mais çà faisait les amitiés- ou les haines-, et çà soudaient les gens en communauté ; aujourd'hui , c' est rien ; le néant )  Nota-vacances, au bas; rien à voir , mais rien, avec les voies romaines , mais à voir avec "les vacances" du XIX eme siècle, ou du XX eme siècle, " pour la mémoire"!.....( " échos de Tournissan, dans les Corbières !....")

  Et il y avait énormément de campagnes , boïres , toutes abandonnées actuellement - ou presque-, économie oblige, exode rural, électricité( ou pas) et Grande Guerre: - - 30 campagnes dans le massif de Crausse-Rabassié - avec un pont " énorme" , à Greffeil , " donnant sur un mur de falaises" ( "pas res") ,( Grande Guerre...à titre d' information : " c' est chez les voisins-cousins, " lous Catalas" , village d' Oreilla : village Mort au champ d' honneur , car sur 20 mobilisés , 18 ont été tués !)( Aude : 40.000soldats , 10.000 tués!).

- Cf les petites communautés : voir en Amazonie , dont en Guyane Française - chez les Taki Taki- ou les  Yanomanis , qui sont entre 20.000 et 50.000 individus , établis sur un territoire de 100.000 km 2 , par groupes de 50 membres ; ils vivent de la chasse et de la pèche ( dont , dans les Guyanes , de la pèche dans des eaux polluées par le mercure des orpailleurs clandestins,, les Guyanes regorgeant d' or !....) ; c ' est là les seuls restes sur Terre des sociètés primitives d' il y a un million d' années, qui subsistent encore......

  - Plateau de Lacamp ( " de Lairière "!) : 10 km sur 4 à 6 km : 42 campagnes abandonnées soit l ' équivalent de 250 à 500 habitants; mais , vers 1955-1960 , les gens sont partis ( " en laissant le lit fait ! par endroits!": Barthes et Coume Belle , en 1957....) car ils ne pouvaient exporter économiquement leurs productions de blés ou d' ovins ou bovins - et elles étaient belles , les vaches de Lacamp ! ! - , à cause  de petits chemins...; de plus , ces plateaux dépendent de diverses communes et donc isolés administrativement, ne sont pas des entités communales et juridiques ; " donc , " la mairie d' en bas s' en fout"...et donc, on crève ! Communes " propriétaires" du plateau de Lacamp : Clermont sur Lauquet , Caunette , Lairière ,Vignevieille, Durfort , Caunettes en Val , Mayronnes , Taurize ,Villetritous,et Labastide en Val: la faute en incombait à l ' administration; - mauvais jugements , mauvaises appréciations , mauvaises idées, laxisme..." c' est comme çà qu'on a perdu la guerre !".( commentaires perso , sujet à caution....) Cà n ' est pas  tellement la faute aux communes ! que peut faire tout seul le maire- pauvre viticulteur- de Taurize ? tout seul ? " gacho aquel coun , que vols faïre tout soul soun païs ! quabourt ! ".

  Vers Salagriffe    sur le Lauquet

  A bien y regarder , on constate que la petite voie piétonne et muletiére du Lauquet suit exactement le cours de la rivière , ou du ruisseau ; c ' est que , tout simplement , les cours d' eau étaient les voies d' accés ou de pénétration dans les terres vierges, et ce , sans carte ni boussole , et sans risque de se perdre : quand on monte le cours d' eau , on monte et quand  on suit l ' eau qui coule : "c'est qu' on descend": aucune erreur possible ; et en plus : " il y a de l " eau , du poisson, du bois pour se chauffer ou faire un abri "; et , à force , au lieu de patauger , on fait un sentier sur le bord , puis une piste , puis une route;; c' est comme çà dans le cours du Lauquet , comme sur la RN 9 aux Ajustons-carrefour de Marvejols-Mende-La Canourgue, et partout ailleurs...( pas rapide l ' ex RN 9 , déclassée en D 809, pauvre Nationales " délaissées!"...qui ont vu passer ,sur les tracés de pistes : plein d' hommes pré-historiques,des Celtes , des Romains, des moines,des brigands, des dragons , des Camisards, des soldats de l ' An II, des pioupious, les automitrailleuse allemandes de l ' opération Anton , le Tour de France,...)( Allez mettre le Tour de France sur l ' A 75 !...) (.;heureusement qu ' elle est là)...)

   .....-  Voie "utile" , typiquement pour extraction minière  : c' est la voie qui pourrait partir de Bizanet ( ?) passe à Villerouge la Crémade ( qui n ' a pas de fer ),passe par les Palais, ( " ânes ")  coupe tout droit vers Saint-Laurent , traverse le ruisseau de Tournissan, prend "le vieux chemin de Narbonne ", traverse le haut du village,puis par Terre Rouge , Pratz, se partage qui vers " La Grasse", qui vers la vallée haute de l ' Orbieu, Saint Pierre, Monjoie.....

  Voies romaines fantastiques : deux voies , dans l ' OIsans : - voie de l ' Alpe d' HUEZ et voie vers Bourg d' Oisans ; voir site " voies romaines Ardennes" ; la premiére , en tronçons de 4 km , reliant Oz à Mizoen , soit vers Grenoble et Briançon , vallée de la Romanche , afin d' éviter l ' Infernet ,  quasi infranchissable , sauf en empruntant , à pied, son lit ( voie en bas de vallée , passant par la porte de Bons ) ; voie d' extraction de minerai de fer , et d' or;  voie de Rochetaillée, taillée dans " la roche" , en surplomb du lac de Bourg d' Oisans , disparu en septembre 1219, en suite d' un énorme orage en amont ( catastrophe de Grenoble ).

  Wp 001550  

 "Inclusion" ...." Pour la mémoire" - vacances ....mémoire perso ; le lecteur en fait ce qu 'il en veut, en pleure , en sourit , bondit de joie ou de rage...1947...Village de Tourn.....dans les Corbières , moi étant de ce village, et d' ailleurs aussi, et aussi de trés loin....Aprés la fin des classes  , le père de copains d' école , à Tourn.., sortait la charrette ( celle dans laquelle on met les comportes , pour la vendange) ; il y mettait, " cinc bales de luzerno, un sac  de sibado (d' avoine) , tres cadieros, tres pallaissos, uno taulo, un broc per l ' aïguo, dous ou tres ferats,, dous marmitos, la cafetiére, un barricot de vi, unos coverturos, un sac de patanos, un sac de mounjetos ,un de favos , un cambajou, un paouc de salcissos et boutifaros ; aco acabat, dejus , y abio : la fenno, le gous , e lous maïnaches ( mes copains) ; il attelait lou chabal , de boun mati , et , à 8 km/h , c' est la vitesse d' un cheval , clipo-clop, l' attelage prenait la route ....vers Port la Nouvelle par Theza e Portel e tabé per Ripaud , dejus lous rails del tramway qu'ero pas encouro arrastra " ; là , tout ce monde allait au " coral" , le cortils -vacances communautaires, coral datant de fin 19 eme siècle, un local-chambre-pièce affecté à chaque famille, 18 sous de location, vie " à la cloche" , mer devant , à 100 mètres , fontaine " à bras" (cadabra) au centre du coral , guérite-tinette  légérement un peu plus loin ," avec lou journal"( la Dépèche ou l ' Indépendant ou Midi Libre au choix) , une bonne trentaine - quarantaine de pièces uniques constitutives du dit coral , soit bien 200 personnes adultes et moutards y logeant   ; ces gens passaient un mois et demi de vacances magnifiques terribles-torrides à quatre sous ! Aco installat , lou peire destacabo lou chabal , daïcho la careto darnie , lous bras campat al ciel, et clipo-clop , s' en tornaba a la vigno e al villatge per trabalha uno petito semana ; e s'en tornaba al "coral ", a chabal clipo-clop al fin de la semana per passa dos jornadas avec la fenno e din l ' aïguo......"  . Mieux que les Seychelles, et écologique .Et pas cher. Amen. ( à propos de " cortils ou cortals" , qui désigne une basse cour, -pas celle des gallines- mais une avancée de maison , mot occitan par exellence , issu du roman et latin direct-direct : les premiers Ober-leutnants allemands qui ont traversé la Meuse, de la 2 eme PZ Div - c ' est aussi chez moi- à Donchery , dans les Ardennes ( à 1000 km ; mais avec "des grandes roues", çà ne fait que 960 km ! ?!) un certain 13 Mai 1940, pour " casser la France" - et elle l ' est ! hélas  ( " jamais remontée , ou du moins , pas encouro remontado , cal attendro  un paouc !" )- se nommaient : Von Courbière , et Korthals ! deux descendants de Huguenots chassés par la Révocation de l ' Edit de Nantes , par Louis XIV ; ces "parpaillots" étaient partis de "lous Courbieros",; hélas , on avait chassé beaucoup de bons sujets. "pla e boun trabalhors"..)(" c 'est de l ' Histoire, au " personnel" , ou au jour le jour , la vraie ).....

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×