VOIE AQUITANIA

 - 

Cette voie relie Narbonne-Narbo Martius à Bordeaux -Burdigala .

     La Viae Aquitania date de +14 ,aprés J.C, année de la mort de l'empereur Auguste; premier empereur (César n'a jamais porté le titre d ' empereur , bien que le mot "tsar" , ou "kaiser" en découle ...) ; de son vrai nom , Octave né en - 63 , orphelin tôt , fils adoptif de Jules César ; Auguste n'est pas un prénom mais veut dire "le consacré, le divin".....

 -   La voie  part de Bordeaux ,  faisant suite à la voie du Médoc,( gardée par un poste au niveau de  "l ' actuel"  chateau de Blanquefort , première construction , env 10 eme siècle , puis remanié ),; elle n'apparait  plus que dans le secteur Podensac, Darsac-Treignac-Cadillac-Toulenne;( "chemin Gallien"  ,  du nom du dit empereur ) ; un petit bout apparait à Lagruère-le Mas d' Agenais ( site de Lagruère, et " fontaine Galiana"!: dérangée par les travaux du canal ) ; elle réapparait vers Langon (sur quinze mètres!), puis vers Damazan.( zones de cultures intenses et de peuplements importants, zones  de riches plaines, donc Voie tourmentée au cours des deux millénaires!). Vers Astaffort ( Astaffort - Leyrac) , elle serait sous la RN 21.direction  Lectoure). (Astaffort , c'est chez Francis Cabrel!).

 Elle passe  à Verdun sur Garonne , Moissac , Montauban...

 voie Aquitania,chemin Gallien,à Barsac 33

chemin Gallien,qualité de la voie Aquitania  tronçon sur Langon;goudron dessus   butte argile /D 33 V Aquitania;Pezens , an fond

Elle passe dans Toulouse- Tolosa, , passe à Sainte-Rome , à Baziéges , "Badera" , où le Chemin des Romains enjambe l'Hers-Mort  sur des ponts de grosses briques romaines , sur les "pountils", ; à partir de Castelnaudary, la Départementale  33, s'est installée dessus, voie du Moyen Age, puis voie royale ( la voie existe, donc, si elle est pratique, on reconstruit dessus) ; elle passe par la Terrade ,Pont de Rive, lieu dit , Pexiora , Bram -Eburomagus, c 'est la Dép 33, ( fouilles 1970 M Passelac , tombes, débris , 4 amphores ) ( sur carte Lambert, 1/50000 d'octobre 1928, Service Géographique de l'Armée, "prix : 2,f 25 ! " -introuvable - entre Pexiora et Bram figure " ancienne Voie Romaine)  ( Bram , il y eut un théatre romain) ; puis elle passe au Sud de   Station Conardis ( V.Ferrée)  au  Pont du Diable (  canal)  à Villesèquelande, et par  Herminis ,  et Nord Grézes ; aprés Bram, elle a été "tourmentée" par la construction du canal du Midi ("des Deux Mers!")  dans le secteur situé à un km au sud d' Alzonne ; elle passe en plein aérodrome,  coupant,  la piste de Salvaza, passe l'Aude (pont ? gué ?) et irait au pied de la Cité.( on la voit trés trés bien en arrivant en avion vers Salvaza, entre Castelnaudary et Carcassonne , par vent de Cers , vol  d' apprôche à 1000- 800 mètres ....) ( D' aprés les études de Mr DECRAMER, et LAPIERRE, Toulouse "Voie Aquitania", .,deux sites archéo trés étudiés  ; et recherches propres )  ( entre Bram , Caux et Sauzens et Grézes , au carrefour-photo menant à Pezens, au nord , possibilité d'une butte en argile rapportée, base d'un exploratorium-vigie  à la rupture de pente de la voie, partant vers l'ouest ; grand conditionnel!).( - elle est "identique " à l'immense butte, néttement plus grande de Djebel Toumgout  nord Azazga, Kabylie, qui surveillait la Kabylie et la région de Port-Gueydon, Tygzirt, Dellys.., altitude 1281 mètres, zone de montagnes, chaine côtière ; chaine des Beni Ouaguenoun ; idem la butte de Stonne , dans les Ardennes, remontée d'une dizaine de mètres, pour servir d' assise à un poste de guêt , également identique à la butte de 30 mètres environ au nord de Sachy-Ardennes,route vers la Belgique  , et celle de Sy ); celle du carrefour Caux et Sauzens -Pezens sur D 33 ne fait que cinq mètres de haut ! mais elle est suffisante pour surplomber la plaine du Lauragais. - Bram , Eburomagus, lieu d'un théatre romain, ou gallo- romain , disparu- fondu .( pas étonnante la disparition de ces constructions  , les locaux ré-utilisant les matériaux pour leurs habitations ; exemple frappant : en Angoumois, fin  19 eme siècle, à Saint Cyberneaux- Rouillé, quelqu'un fouille - chasse au trésor-, des ruines d'un supposé chateau ;il trouve un amphithéatre, immense, en pleine pampa; et pour "rentabiliser" sa découverte, revend les gradins à une usine à chaux des  environs : donc : feu le grand théatre gallo-romain des Charentes.)  Note Bram/  Eburomagus: à voir ? avec les Eburons- Belges ? ou les Eburovices, peuple de l ' Eure ? ?. ( sur le Cartulaire de Mahul , cette voie No 33, de Castelnaudary à Carcassonne , longueur : 46350 mètres , " c' est l ' ancienne voie romaine ,dite aussi " Chemin Ferré" ).

 - A Carcassonne, entre les remparts-boulevards Est-Square Gambetta, niveau ancien hopital- rue Georges Brassens, et donc , à l'amorce du Pont Vieux ( 14 eme siècle) , passe "le vieux chemin de Toulouse à Montpellier", d'aprés une carte de 1780 ( panneau de ville) ( carte non de Cassini) ; ce chemin vieux passe donc le pont, rentre dans la Trivalle ( toponymie : " trois voies") monte à la Cité, un autre longeant certainement le pied nord de la Cité.

A Salvaza, dénommé " champ d'aviation", sur carte au 1/50000e , Lambert, de 1889 , datant d'environ 1925 -28 , est inscrit :"ancienne voie romaine de Bram à Carcassonne". (deux cartes, même zone , une avec champ d'aviation à Salvaza , en 1925, et l'autre 1928: rien ) ; travaux de 1850 , du Capitaine SAGET et d'autres ; Avant , les cartes étaient du ressort de l'Armée : Service Géographique de l'Armée, ce jusqu'à l '"Armistice de 1940" , par lequel l'Armée a été réduite à 100.000 Hommes; donc , en conséquence, un service - civil - a été constitué pour pallier à cette baisse obligatoire, des effectifs: Institut géographique national : I.G.N d'abord, 136 bis rue de Grenelle, Paris, puis à la Boétie! )C Q F D; A Salvaza ( aéroport international ! "faut le dire ! "), se trouve le site " de Romieu" ,terrain plat , venteux ,zone artisanale, mais sans particularité...- A signaler : " les Romains appréciaient beaucoup les futurs champs d ' aviation , devenus aérodromes : la Voie Aquitania passe à Salvaza , et à Gaujac-Lézignan"; no comment......( pas la peine de relever)...Et également - bizarre- sur "le champ d' aviation ", datant de 1913  ( c' est comme çà que celà s' appelait , au début des fous volants...) de Brienne le Chateau , Aube,( le même que celui de Napalione Buanaparte, qui deviendra " l ' Empereur"), passe la Voie Agrippa ; elle joint Lyon à Boulogne sur Mer ; et , en 1953 , lorsque dans le cadre de l ' OTAN , les Américains ont voulu construire la base aérienne, ils se sont attaqués au bull à un tronçon de la dite voie, et ont abandonné certains travaux tant la chaussée romaine était coriace.....

 La voie repart de" Carcasso" par la rue Jean Moulin  allant à la Z.C Cité II, puis  passe à Berriac, passe au niveau du tunnel ferré - sortie Est, (  A la Fajeolle , avant Montredon , sur les cartes , figure " Restes de ville romaine" ; en fait , il ne reste rien , en plein champs de blé , retourné chaque année ; en plus, la nouvelle rocade y a installé  un rond-point , à proximité ; en plein , au dessus  d'un ancien campement de "chasseurs" du Néolithique - fouilles INRAP d'il y a 3-4-5 ans...Trouvé sur le site-villa une vieille coquille d'huitre - plate-genre Belon , et çà n'est pas un coin de pèche ; cette huitre venait peut-être de Sigean ou de Bages, il y 2000 ou 1700 ans ! )  La voie passe " chez Baichère" , ancienne carcanerie , aux Alouettes  . ...Sur une carte " de l 'Etat-Major" , 1820-1866 ( qu ' on peut retrouver sur Géoportail) la voie Aquitania garde le nom de " ancienne route", ce qui prouve son utilisation intense depuis sa création...

 ( - Mais il y a une autre voie , mentionnée "ancienne voie voie romaine", quittant le tracé de la RN 113 , vers Montorgueil-Sautés , et qui se dirige vers l' Est-Sud-Est.. " d' aprés Mr Euzet" ..)...Cette voie prend en face de Sautés-environs,passe par une campagne au sud de la RN 113 , passe sous la bretelle d'accés autoroutier "Trébes Carcassonne", puis se perd.... Wp 002230

 Ensuite la voie passe sous la voie ferrée et au pied-Ouest d' un mourrel , Mourel du Seigneur , qui surplombe l ' Aude,, puis avenue des Capucins à Trèbes, et  elle en sort par le Chemin de la Lande ,; puis la RN 113 s'installe dessus ...jusqu'à Barbaira - Cave coopérative  de Barbaira ( fouilles récentes) ; auparavant , elle a franchi le Merdaux  ( " ben oui ! , c'est son nom ) ( 3 km de long , venant de Fontiés et l ' Olivette ) sur un pont dont les restes jalonnent le ruisseau , sec, et ocre , dans les poudingues  ; elle passerait juste au nord de la 113 ,jusqu'à Capendu, et au niveau Coopé , puis dessous et prend le vieux chemin de Pertusac et va à la campagne de  la Barthes  ( "station" de Liviana , ou village  ?) ,  ( port ? ? ) puis rase le cours de l'Aude au sud de Saint Couat  au niveau "des roches", ( embouchure du ruisseau de l'Azagual et du Rec Négre ), évite les marécages - de l'époque , car les parties plates devant être éminement inondables ou tout simplement , des marécages ou étangs ; Cf  les étangs de Marseillette, de Jouarres, et tous les trous d'eaux qui parsément le couloir Carcassonne-Narbonne )- Elle longe un peu le talus de l'ancienne V.F qui allait  vers la Redorte ,  passe sous la Ligne EDF THT- ( entre le 1er et le 2eme pylone - presqu'au pied du 1er - au nord de la  dérivation RN 113 ) qui va en Espagne-puis  au pied -sud de deux petits mourrels isolés ( tegulae trouvé au pied) " les Mascarous" , puis se rapproche (cherait!) de la dérivation de Moux, Ouest- niveau pont ferré et carrefour  RN 113 avec route de Moux .( MM.Decramer et Lapierre).( et terrain S). Vers Saint-Couat ,trouvée en limite de Barbaira et Capendu, au bord de la RN 113, en 1891: une borne milliaire  dite Milliaire de Tetricus.( études de la région par R Aymé , de Conilhac) ( " Conilhac = pays des lapins " , ds site Fleury d' Aude , qui parle de la voie Dixiane, et de la source et du gué d' Orbieu...) ( Conilhac du Plat Ppays , tel était son nom au début du XIX eme siècle )

  Au Sud-ouest de Capendu , prés de la station autoroutière , lieu-dit Mayrac ( aprés le passage à niveau , à droite sec, et étroit ) , on trouve des traces diverses dans les vignes ; celà devait être le village des " loborati" , ouvriers agricoles de Liviana..... 

  Et plus à l' Est , et rien à voir avec les voies celtes ou romaines , sur une petite éminence peu loin-Est de Douzens , on trouve ....le télégraphe de Chappes, ou du moins , ses restes , c' est à dire : rien : un carré et 18 cailloux ( mais il est sur la carte d' Etat-Major de 1852 , et aussi sur Géoportail )  Il y avait là deux pauvres bougres et les familles, dans des cabanes, à regarder toute la journée les postes à signaux voisins..... ; c ' était un moyen de transmission , qui a succédé aux coureurs- dont , de Marathon , ou de Sparte, ou de Menphis, aux chevaux romains du Cursus Piblicus , à ceux de Louis XI...etc , et juste avant Edison- Volta -Morse Ampère et Cie , et Nokia, Apple, Samsung.etc ....Dénominateur commun : la transmission d' idées. Ses " co-latéraux" sont : -à l ' ouest , la tour en ruine de Trébes-nord ,à l ' est , le point côté 190 prôche de Conilhac-Ouest ; distance entre chaque poste télégraphique optique ; environ dix-douze KM . ... A côté , mais de l ' autre côté-Nord- de l ' Aude : oppidum de Millegrand ...

  Wp 002449

   Deviat RN 113-Moux:V.A,restes,sectionnés gauche Cyprés  Vient de Lezignan-Gaujac.. V.A,constitutfs;...Vers Ornaisons... Un km en jetée, de Cruscades...( vers..)  RN113-Moux,V.A passait PyloneTHT/Mourrelsdébris sauvés des vignes quelque part....place V Aquit,prés Azagual;Alaric au fond Entre Saint Couat - sud ouest- et Gaujac-Usuervas ( à 5 km env) , lieu-dit le Mascarou - deux petites collines, on trouve dans le creux de ces deux collinettes des débris de tuiles-tegulae; il y avait peut là une cabane de cantonniers ou - et une taberna ; ce lieu est exactement  à mi chemin de Liviana et de Gaujac.( exploratorium ? )

- Sur la dérivante ( déjà vieille ! de Douzens-Moux) , à 200 mètres Ouest du pont sur la voie ferrée , et juste au dessus de la dite dérivante, au pied de la colline de Moux , sur le talus, on peut voir un espèce d' alignement de blocs de pierres de 30-40 cm de côté ( façonnées , mais pas " de taille") , vaguement encore en ligne sur une vingtaine de mètres : c' est la bordure basse de la voie , qui semble se diriger vers la RN puis vers le pont ferré et la V.F , en direction de la plaine , et non du côteau de Conilhac comme le fait la R.N , qui grimpe un peu . ( Conilhac du Plat Pays , avant , en 1800-1830 ; et coni , à cause des lapins !)....Prise de vue avec trois jolis cyprés ; la voie a ete complétement ravinée-arrachée sur le flanc de la colline de Moux; rares traces...Aude et Azagual confluent,V Aquitania

.Puis  la voie passerait sous la RN 113 ?, le chemin-route ( qu ' on est en train d'agrandir !) ,sortie Est - à droite RN ? à la sortie-Est de Conilhac ; puis  elle file  vers Gaujac- aérodrome de Lézignan( ....? !) ,directement    - en direction ( vers) de la  " Tour d'air- soufflerie" de l'aérodrome de Lézignan -Usuervas , , en évitant les zones d'eaux ("les Romains ont horreur de l'eau, des zones inondables, des crues", mais aiment bien les zones limoneuses qui produisent beaucoup de blé!)  La voie Aquitania pourrait suivre ce chemin , dénommé, avant , chemin  de la Carrassière, au Sud de Conilhac ... - la voie continue ( je suis pas à pas les  exposés de Mr DECRAMER) , vers Nord -Gaujac , puis,  par "la rue des Romains " entre la D 611 et la D 61 allant à Luc sur Orbieu , vers l' Orbieu  sur 3 km environ , d' Intermarché-Lézignan, jusqu' à un grand pylone EDF, au dessus d'un grand talus surplombant la grande plaine , qui fut certainement créée par les crues dures de l'Orbieu... La rue des Romains, qui part derriére l'Intermarché , et passe  par Roumaguière - lieu-dit- est une ( trés petite) artère à voitures, trés fréquentée aux heures de rentrées et sorties du travail en direction du Sud-Ferrals ,entre autres .... La voie a certainement été arrachée par l' Orbieu , ( vers Laymeral)  par endroits , l ' Orbieu étant une rivière à régime torrentiel ( cf la voie ferrée emportée en novembre 1999 , avec ses rails pendant dans le vide, au dessus d'une mare ) ; la voie Aquitania a pu aussi être  dévorée par les champs puis les vignes.... Elle devait passer , à partir du chemin des Romains-Est Gaujac , en droite ligne vers le Col de la Muette; il y a là un grand chemin , " assez droit", qui prend à Cruscades, coupant la D 1624 ( qui fait rejoindre Cruscades avec la RN 113)  au sud du " hangar-solaire"( 200 m), passe au sud du chateau d' Olivery - buttes petites- et file droit vers le col, mais direct sur l 'Orbieu ; l' Orbieu a du emporter le pont , puis les ponts , une fois tout les deux-trois ans ; donc , on a changé le cours de la voie , vers des lieux plus surs , c 'est à dire  à un  endroit où l ' on peut accrocher un pont , donc sur des roches ;. la voie passe,  - certainement - sous la D 24 Nord-est d'Ornaisons, passe au Poteau  - en  coupant  l'Orbieu - toujours furieux et dangereux- , en filant tout droit vers l'est  à l'angle droit de la route qui mène au pont en dos d'âne sur l'Orbieu - Pont des Etats du Languedoc- "là où se trouvent les rochers sur lesquels on peut amarrer un pont " ,; elle file tout droit sur 800 mètres " tout droit" du pied nord du pont jusqu' à l' Orbieu .       Le Pont des Etats  actuel  ( du XVIIIeme siècle) est parfaitement visible ;  un ancien tracé de la Voie Aquitania,supposé, semble se trouver à 800 mètres environ plus au Nord , allant directement vers l ' Orbieu , traversé peut-être par un bac , ou un gué.... Dans l " alignement , se profile dans le lointain la montagne de Saint-Victor. ( chemin de la Carrasière , d' aprés " Voies romaines du pays narbonnais" d' Elie Griffe) ( de toutes façons , il n ' y avait pas  QU ' UNE voie ; il y en avait une , romaine , plus d' autres , celtes , plus , sur les pentes : une d' un côté , et une de l ' autre côté , par :  - prudences diverses , ou antipathies, ou sorcellerie, ou croyances , ou terreur , ou envies curieuses ou étranges....ou pour ne pas voir le voisin, ou ne pas payer de droit de passage , ou le payer moins cher...).

    Sur l ' Orbieu , il devait y avoir également  un bac, ou des carrasses, ou plus bas que le pont - emportable-  300 à 400 mètres plus bas , afin de faire passer le cours de la rivière en périodes calmes; ( les Romains pouvaient fort bien avancer deux solutions : un pont de bois mieux accroché sur des rochers, et , plus bas , une place à carrasses, ou bac. " au-cas-où"..) ; ces embarcations devaient être maniées par des préposés logeant dans une sorte de mutatio, ou de " maison rouge", CF "lieu dit la Rougeante", toponymie précise ; en cas de furie du cours d'eau - chose fréquente-, tout le monde déguerpissait pour se mettre à l'abri ; ce torrent, tranquille , et quelquefois , furieux , ne permettait pas l'installation durable d' un pont " en dur". ( pont d' Ornaisons détruit-emporté début 18 eme siècle)( c' est une habitude , dans le Midi : un coup, Sigean , un coup, Puisserguier, un coup,, les Corbières , etc ..? un autre coup " petit pont d' Ornaisons, refait en pont -Caquot en 1928  aprés avoir été emporté courant années 1920 ...par cause de Pluies "cévenoles"!.)   A partir de la Rougeante , la voie longe la D 24 au nord d'Ornaisons à une centaine de mètres -Ouest  (ligne trés visible sur Google-maps ) au pied de  la colline , garnie d'éoliennes, guarrigues de Villenouvelle , à son pied Ouest  ( carriéres anciennes au pied des éoliennes , d'époque ? )  ; Une autre voie,  dont le tracé fait une ombre de deux cent mètres environ sur Google Maps, semble partir , incurvée , vers le Nord , prés de Laparre .... La voie Aquitania emprunte le couloir,  Col de la Muette , entre Laparre et Montredon , dans lequel est installée la  R N 113; - deux petits tronçons , sur jetées de un à deux mètres de haut ,courent sur le flanc Sud -pied des éoliennes- Guarrigues de Villenouvelle- , puis dans des vignes , sur deux fois quatre cent mètres ; ces restes de tronçons ont un peu servi soit de murs d 'épierrement , soit de carrières, en considérant les beaux blocs de calcaire qui constituent leurs bordures ; pour qu ' il y ait une jetée aussi haute : - un à deux mètres , la voie devait - certainement- ( mais , supposition ) traverser des bois , le terrain n ' étant pas tellement propice aux cultures ( fourrés , guarrigues , enserrées dans un col , entre deux grosses collines , endroit peu sûr la nuit, pour un messager à cheval ...) ; puis, la voie rentre dans Narbonne., par un petit chemin de terre au ras du sol ( photo sur site Decramer), dit Cami no 118 "Rec del Pla", qui longe la voie ferrée Narbonne-Carcassonne ( emplacement  probable car voie coincée entre deux collines abruptes et rocheuses , et un thalweg constemment inondable et inondé).

  col de la Muette  Wp 000718  Wp 000721  Wp 000723

  Au carrefour de voies -Aquitania -  branche partant vers le nord , à l ' entrée Ouest du col de la Muette , il se peut qu ' il y ait  eu un exploratorium - avec des vues immenses, et/ou une taberna ,( comme il y a partout,  actuellement , à chaque carrefour important : une station-service , une épicerie , un motel, etc..).( voir Route 66 - USA, et ailleurs...)..Deux petites batisses et une cabane  se trouvent actuellement sur les lieux.  - Question : où est passé le site de Villenouvelle , figurant sur Cassini ? N' est ce pas , " aussi" , une station de carrefour de voies ? - A remarquer , sur Cassini , les nombreuses " pataugeoires" qui constellent la vallée de l ' Aude : il y a des étangs et  des eaux partout.( donc , il y a 2000 ans , celà devait être pire )

  .... Il se peut, en voyant le tracé  tout tordu et hésitant de la Voie Aquitania , dans le département de l' Aude , mais surtout entre Carcassonne et la mer, que cette voie reprenne tout simplement l' ancien tracé, l' ancien chemin  de retour que prenaient les nautes-transporteurs  qui venaient de descendre le cours du fleuve, et qui rentraient chez eux , et retournaient à leur point de départ , à pied , leur bateau vendu à Narbonne en bois de chauffe ou d' oeuvre...). Ces nautes devaient faire circuler à la descente , vers la mer , des métaux de la Montagne Noire , prisés par les Phéniciens , puis par les Carthaginois .... Le cours de l 'Aude est trés rapide, il passe par des bancs de roches formant rapides , mais que l ' on peut franchir par des rampes aménagées - avec une certaine casse , admise . Mais la remontée de l ' esquif est problématique ; il devait terminer sa vie à Narbonne comme les sapines ou gabarres de Dordogne , Loire, Nièvre ou Seine , à Bercy, au quai des bois ( Bercy était avant , il y a 40- 6o ans , - encore !- la gare d'arrivée de bois de la Nièvre et de vins de l ' Auxerrois, ou de Loire ...) . Il devait exister le long des berges de l ' Aude quelques petits embarcadères - plutôt que ports- pour des barcasses de 10 à 15 mètres de long ; ces barcasses passaient les rapides sur des jetées-skis, idem  comme sur la Dronne.( à voir)  La casse sur les rapides devait être admise , puisque ces barges ou barcasses portaient surtout des lingots de fer venant des Martys en direction de Pech-Maho , ou de la côte-comptoir phénicien ou autres ...; s' il en tombait à l ' eau , aux basses eaux , un plongeur pouvait en repécher quelques uns ( ou alors , on mettait une grande corde à chacun, un bout de bois en flotteur , et si çà coulait on rattrapait , plus tard aux basses eaux , le bout de bois , la corde et le lingot attaché aprés...pourquoi pas ? ?? et vogue la barcasse..et le commerce continuait .) 

   - Fresquel plus Aude : çà fait presque 80 - 90 km de voies d' eau : à une tonne  de fer la barcasse , çà économise un convoi d' une quinzaine de mules , et du temps ( et de la non attaque , le cas échéant ).

                 carrières,D 24,plaine de Ornaisons-Cruscades- V.Aquitcami 118 Rec del Pla, vers Col de la Muette NRB

 

Sur tout son parcours, la Voie Aquitania se présente sous la forme d'une jetée de un à deux mètres de haut, huit mètres à la base (comme une voie de chemin de fer), mais en terre-armée, terre battue et petits cailloux gros comme le poing ; bande de circulation  légèrement bombée, pour drainage des eaux de pluie ,de  trois -quatre mètres de large, en terre et petits cailloux-gravier, ou sable. Rigoles d'écoulement sur les cotés; La nécessité de survivre et manger a fait que la voie a disparu  au cours des deux millénaires  ou bien, la voie a servi, utilisée tout le long du Moyen-Age ( de l ' an 500 à 1550..) , puis est devenue royale, départementale, nationale , ou disparue , usée , déchiquetée dans les champs, le canal  ,  la voie ferrée, ..

   Exemple d' utilisation " longue" : la route entre Reims et Sedan , dit " chemin de Reims à Sedan" ( " autres lieux " , ailleurs !...) n 'est , tout simplement , que la voie impériale Reims-Trèves, encore utilisée au XVIII eme siècle, et figurant sur la carte de Cassini... donc , utilisation pendant 1750 à 1800 années : !. L ' actuelle route , RN 77, date de Napoléon III et début III eme République .

 Traces actuelles visibles : ? dans l'Aude: peu : - 800 mètres , au col de la Muette , et - 3 km , au sud de Lézignan ;, sauf quelques tessons, tegulae, sur son parcours,disséminés; tout ce qui pouvait être exploitable a été utilisé: soit , la voie a été recouverte - utilisée par endroits : D 33, parfois RN 113 . les petits cailloux sont partis dans d'autres chemins, le canal du Midi a tout tourmenté, et la voie ferrée, avec son tunnel, également . En plus , le cours de l'Aude "se promène" au cours des siècles ( se paséjo!) surtout dans le" Pays- bas ", de Cuxac-Coursan-Moussan ; à Salléles, les Romains avaient construit  une digue afin de détourner le fleuve vers Narbonne et ainsi drainer l'étang de Bages, afin que Narbonne soit un port maritime (avant, - 30000 ans ?- la Clape et son massif formaient une ile )

 - la nature, les intempéries, la pluie en ont decidé autrement , vers 1316 en détruisant cette digue ( et un morceau de Narbonne ); donc , l'Aude est allée se promener plus loin, vers Fleury ; il n'y a qu' à voir, et bien regarder , la nouvelle jetée et le pont ferré de la ligne Picasso, emportés en Novembre 1999 de Salléles d'Aude ( comme d'ailleurs la voie ferrée à Villedaigne , le fleuve et l'Orbieu étant "chez eux ").

Il subsiste, du côté de Saint-Couat, deux passages à gué de ruisseau qui semblent être romains ou Gallo-Romains, car ils présentent des similitudes avec des gués "sous" la Meuse, ou en Lorraine sous la Meuse, et la Moselle. ( construits en dur-dur).

 Tout le long de cette voie, s'étirent les riches terres agricoles, mais surtout , à blè, primordial pour Rome et sa population grandissante.: soit six millions d'habitants pour la péninsule italienne (" c'est peu"),( et les esclaves , " choses" ) et environ plus de trois millions et demi pour la Gaule ( "improbable"; plus! : entre 15 et 18 millions )(  . Six millions  dans la péninsule ,  plus les habitants-colons-commerçants- ou soldats des colonies d'Afrique : combien celà fait-il ? : Leptis Magna en Lybie : 40000 à 60000 habitants , l'actuelle Annaba - Bône : autant ...ETC ce qui ferait beaucoup plus de monde que ce qui est prévu-pensé "académiquement" ( Gaule : perso : 15 - 18 millions de Gaulois; et Gauloises ! ). A ce sujet , voir "annexes" Site Voies Romaines Ardennes :/ Population : " s'il y a si peu de population sous Rome , pourquoi donc construire un amphithéatre aussi important à El Djem, Tunisie, de 27.000 places ?  pour réunir tous les Berbères du coin , à l'époque? ou bien pour rassembler tous les gens de la ville, plus les Numides et Berbères , parceque la population de ce coin de Numidie est plus importante , sous Rome , que celle estimée "académiquement" !? Pourquoi donc construire , ou faire construire , à Autun , 15.000 Habitants en 2012, un amphithéatre de 20.000 places ? pour faire rappliquer tous les Bourguignons ?, (et les faire regarder les championnats de pêche à la ligne sur le lac ?) ( et il y avait deux amphithéatres à Autun ) - Aparté .....( idem pour le Mans-Vidunum, amphithéatre de 7000 Places...).comment perso.

 -Photo de gauche de carriéres prés de la D 24, Ornaisons : les carriéres, anciennes , sont au pied -ouest de la colline supportant les éoliennes ; la campagne  vue est celle de la Rougeante, et la plaine , celle allant de l'Orbieu à Lézignan , Luc et au fond , l'Alaric, plaine éminnement inondable (mais trés fertile).

 Note Bram : Bram , c ' est Eburomagus , c ' est à dire le marché-magus, des Eburo ; qui c 'est , Eburo ? Les Eburons , c ' est un peuple " chez les Belges", c ' est à dire : loin; question bête : " pourquoi celà n ' aurait pas été , à Bram , un marché d ' esclaves belges ? " le marché des Eburons" , trés prisés dans le Midi de la France , les Belges étant trés costauds, trés travailleurs, trés sérieux... Excuses aux Wallons! de Corbion , de" Cherleroué", de Bertrix, de Namur ! Mais il y a 150 ans , se vendaient encore des esclaves africains.....C'est en cherchant , qu ' on trouve ! ou se plante....J' embrasse les Belges, mais surtout les " Belgesses"., aimables.... 

 ......  Grands constructeurs de routes , aprés les Romains : Les grands agents - voyers sont de sous deTrudaine( " marquis de !") et Louis XV , et sous Napoléon III et III eme République ; cette dernière travaillait  le terrain et les routes et ponts, " pour ouvrir l ' avenir à la population,,faire pénétrer les idées républicaines- et les Hussards Noirs-, et reconquérir " les provinces perdues" ....

  ...Rien à voir avec Rome et,ou les Gaulois ( " quoique ?")  -   Au nord de Trébes, à un petit KM, route de Laure, ancienne maladrerie, on trouve une grande tour de télécommunications, point 190 ; à côté , il y a une petite ruine, tronçon de tour , abandonnée ...C' est l' ancienne tour du télégraphe de Chappe , télégraphe optique qui a fonctionné de vers 1800 à 1850...Elle correspondait avec celle de Douzens , lieu dit le Téjégraphe, et la tour de Saint Vincent ( puis celles de Pezens Alzonne, Castelnaurary-Sainte Catherine, , Montgaillard , et au delà.....Et sur l ' est, Douzens, le point 190 de Conilhac " des champs" ( coni , racine : lapins !) , puis vers Canet , Montlaures, Narbonne, et au delà vers Perpignan et-ou Montpellier. Le télégraphe de Chappe a été " chassé" par le télégraphe électrique et morse....

 Mais qu'est-ce qu 'il passe comme fourbi sur cette voie :  - un ATR ,- un coeur de centrale nucléaire monté sur une centaine de roues...Etc   Wp 001936 Wp 001937Wp 001616

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×